La content update #1 de WRATH est bien !

Ouaip. C’est même vraiment cool (merci Killpixel Games ♥). Car beaucoup de bugs et de soucis que la communauté a pu reporter aux developpeurs ont pu être fixés. Et cerise sur le gâteau, on a le droit à du contenu supplémentaire ! C’est pas beau tout ça ?

Dans cette mise à jour Early Access, non seulement on nous donne un nouveau monstre, les WRETCH (une sorte d’Arachnotron vous fonçant dessus avec des death attacks – ce qui rappelle sans envergures le trooper de Quake 2) ainsi qu’un nouvel objet à jeter, qui rend temporairement les ennemis dans un rayon vos alliés, mais les développeurs de WRATH ont aussi rajouté un nouveau de difficulté hors-norme : je parle bien sur de la difficulté « Outlander« , ce qui rappelle en quelque sorte le mode Nightmare! de Quake, en beaucoup plus… Impardonnable.

Je ne plaisante pas. Dans cette difficulté, vous allez mourir. Pas qu’un peu. BEAUCOUP. Et je ne pèse pas mes mots. Chaque ennemi vous inflige ENORMEMENT DE DÉGÂTS (ou peuvent carrément vous tuer en une seule attaque). Si vous voulez vous en sortir vivant, il va falloir jouer safe, et connaître vraiment les secrets. Puis, garder ses positions quand il le faut. Et être agressif lorsque vous SAVEZ quand l’être. C’est quand même une bonne nouvelle, car le mode Hard… N’était vraiment pas difficile dans l’état. Ça se jouait, mais on ressentait rien de vraiment gênant, et c’était bien dommage.

Cela dit, les développeurs de WRATH ont aussi tweaké l’agressivité ainsi que le temps de réaction de certains monstres. Ça se sent, certains n’hésitent plus à foncer sur nous si l’occasion se présente, ou lancent des attaques directes si on se cache un peu trop longtemps. Un élément à noter cependant, c’est que malgré la difficulté assez impardonnable, j’ai trouvé qu’on était toujours en abondance de vie et de munitions, ce qui rendait le challenge un poil moins « impossible » une fois qu’on savait comment s’y prendre. Si vous voulez mon avis, essayez de jouer sans Super Shotgun. C’est ce qui m’est arrivé dans mon premier playthrough suite à un bug (qu’on a réussi à identifier depuis) : il n’avait jamais spawné dans The Undercrofts. Croyez-en mes bonnes paroles, c’était A LA LIMITE DU POSSIBLE.

Par ailleurs, toutes les maps existantes ont eu des changements à la fois positifs comme négatifs : par exemple, dans The Undercrofts, adieu le raccourci de la fenêtre pour le speedrun. Il va falloir jouer normalement désormais, et faire le niveau comme souhaité par les développeurs. Mais, certains placements de monstres ont été modifiés, histoire de rendre le jeu quand même plus agréable, et un chouia moins frustrant pour les joueurs. Et beaucoup plus de détails dans les niveaux ont été rajoutés, comme l’ajout de lave dans la seconde partie d’Undercrofts, histoire de bien rajouter de la cohérence et moins de monotonie : la première fois, j’avais été perdu, ça m’avait même un poil frustré. Cependant, je n’ai pas vu énormément de différences pour The Mire…

Cette mise à jour de WRATH rajoute aussi une nouvelle map : The Gardens. Et que dire, autre qu’elle est magnifique ? Jugez-en sur les screenshots juste en dessous ! Elle est assez difficile bien que très ouverte et remplie de détails ! Le pire, c’est que le design de certaines parties pourraient être repris pour du Deathmatch (notamment la zone de la porte bleue, j’imagine déjà un remake pour Quake, en TDM – 4on4… La joie ♥). Avis aux speedrunners : ce niveau est un paradis pour vous, compte-tenu des nombreux skips que j’ai pu découvrir (et je n’ai pas fini d’en trouver en plus d’un softlock, déjà fixée pour la prochaine MAJ à l’heure où je vous parle) !!

Pour finir avec ce petit avis sur la MAJ, que diriez-vous de voir les niveaux réalisés en difficulté Outlander… Sans mourir ? ;D

WRATH EST ACTUELLEMENT DISPONIBLE EN EARLY ACCESS SUR STEAM !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.